• Marie-Aude Desenne

L'alimentation intuitive ou la diététique comportementale

Dernière mise à jour : oct. 23

Les signaux de faim et de rassasiement sont trop souvent ignorés. Nous mangeons et de façon compulsive selon nos émotions. Il est primordial de réapprendre à nous écouter et de manger en pleine conscience pour atteindre son poids de forme.


«Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme» Ainsi, nous sommes ce que nous mangeons

La diététique traditionnelle consiste en une somme de recommandations, de conseils, de fréquences alimentaires étudiées dans le but de garantir une santé optimale. Cependant, nous avons tendance à dévier vers une forme d’orthorexie, de frustrations et de restrictions pas toujours adaptés à nos envies et notre mode de vie.

Bien sûr que la qualité nutritionnelle est importante mais il est aussi nécessaire de prendre plaisir à manger.

En effet, tous les régimes « amaigrissant » fonctionnent, qu’importe soient-ils. Cependant, les différentes études scientifiques sont sans appel : quel que soit le type de régime amaigrissant suivi, au bout de 2 ou 3 ans, plus de 90% des personnes ont retrouvé leur poids de départ, voire l’ont dépassé (reprise des mauvaises habitudes alimentaires, diminution du métabolisme de base, compensation après trop de frustrations, baisse de motivation...)

Alors une question peut se poser : Et si les émotions influençaient notre alimentation ?

En effet, il ne suffit pas de « savoir » pour faire. Qui mange réellement 5 fruits et légumes par jour, qui arrête de fumer parce-que c’est mauvais, qui se limite réellement à 2 pâtisseries par semaine ? Sans réel motivation, il est difficile de vraiment appliquer ces recommandations. De plus, le moindre écart entraine un auto-jugement négatif, une honte, un dégout, une perte d’estime de soi signant souvent l’échec, voir l’arrêt du régime.

A force de faire trop de théorie, on se perd… Chacun est différent, on ne peut pas se fier qu’aux pourcentages.

Il ne faut pas non plus confondre « nutrition » et « calorie ». En effet, nous pouvons manger sainement mais au-delà de nos besoins (et être en excès de poids) ou à l’inverse, mangez n’importe quoi en respectant ses besoins en calories (et être en équilibre staturo-pondérale). Ainsi, nous pouvons être maigre et en mauvaise santé !

La solution ? Il faut une recommandation qui soit spontanée sans contrôle mental permanent. On parle d'alimentation en pleine conscience. L’objectif est d’apprendre à écouter son corps, ses sensations (faim, satiété, rassasiement), ses envies, sa spontanéité : c’est l’auto-régulation naturel. On mange sans le faire à contrecœur et sans frustrations.

La première étape pour cela est d’éviter les fausses croyances : les fast-foods font grossir, il ne faut pas consommer de sucreries,… Or cela n’est pas valable s’il n’y a pas d’excès. Il n’est donc pas nécessaire de créer une sensation de culpabilité. A l’inverse, sans interdit, il n’y a plus de culpabilité et l’envie se fera moins ressentir.

Enfin, il faut comprendre qu'en cas de grignotages, d'excès (ou autre), ce n'est pas grave ! Il est important de ne pas se frustrer. Quitte à craquer : autant y prendre du plaisir ! Si vous écoutez votre corps, vous mangerez surement moins au repas d'après (voir pas du tout), et ça non plus, ce n'est pas grave ! N'oublions pas qu'il faut plus de 6 mois avant d'entrainer une carence. Le corps réagit spontanément, il faut le laisser faire et ne pas laisser ses croyances ("ne pas sauter de repas") prendre le dessus.

C'est ainsi qu'au cours de mes séances, je m'appliquerai à mettre en place une alimentation intuitive et personnelle adaptée à chacun de mes patients et selon la demande.

40 vues0 commentaire